GRANUM SINAPIS

                                LE GRAIN DE SENEVE


                                     MAITRE ECKHART



                      Mon amie Corinne m'a fait parvenir ce grand et beau poème

        du grand mystique Rhénan du XIV° siècle , Maitre Eckhart . Je ne puis

         m'empécher de le reproduire ici, et de le faire partager à mon tour .

                        Le titre est emprunté à la parabole du Christ qui compare le

        Royaume des Cieux à un grain de sénevé, une des plus petites graines

        que l'on puisse trouver, qui devient un arbre immense dans lequel les

        oiseaux du ciel viennent se reposer . (Matthieu 13- 31-32)



                              Au commencement

                              au- delà du sens

                              Là est le Verbe .

                              Ô le tresor si riche

                              où commencement fait naitre

                              commencement !

                              Ô, le coeur du Père

                               d'où à grand-joie

                              sans trève flue le Verbe !

                              Et pourtant ce sein là

                              en lui garde le Verbe . C'est vrai .



                               Des deux un fleuve,

                               d'Amour le feu,

                               des deux le lien

                               aux deux commun

                               coule le très suave Esprit

                               à mesure très égale

                               inséparable .

                               Les Trois sont Un .

                               Quoi , Le sais -tu , Non .

                               Lui seul sait ce qu'Il est .




                               Des Trois la boucle,

                               est profonde et terrible

                               ce contour- là

                               jamais sens ne saisira

                               là règne un fond sans fond .

                               Echec et mat

                               temps, formes et lieu !

                               L'anneau merveilleux

                               est jaillissement,

                               son point reste immobile .




                               Ce point est la montagne

                               à gravir sans agir.

                               Intelligence !

                               Le chemin t'emmène

                               au merveilleux désert,

                               au large, au loin,

                               sans limite il s'étend .

                               Le desert n'a  ni lieu ni temps,

                               il a sa propre guise .




                                Ce desert est le Bien,

                                par aucun pied foulé

                                le sens crée

                                jamais n'y est allé :

                               Cela est; mais personne

                               ne sais quoi .

                               C'est ici et c'est là

                                c'est loin et c'est près,

                               c'est profond et c'est haut,

                               c'est donc ansi
  
                               que ce n'est ni ça ni ci .




                               C'est lumière, c'est clarté

                               c'est la tenèbre,

                               c'est l'innommé,

                               c'est l'ignoré,

                               libéré du début ainsi

                               que de la fin,

                               celà gît paisiblement

                               tout nu, sans vêtements .

                               Qui connait sa maison,

                               ah qu'il en sorte !

                               et nous dise sa forme .




                               Deviens tel un enfant,

                               rend toi sourd et aveugle !

                               tout ton être devient néant,

                               depasse tout être et tout néant !

                               Laisse le lieu, laisse le temps,

                               et les images également !

                               Si tu vas par le sentier étroit,

                               tu parviendras jusqu'à

                               l'empreinte du desert .




                               Ô mon âme,

                               sors ! Dieu entre !

                               Sombre tout mon être,

                               en Dieu qui est non-être,

                               sombre en ce fleuve sans fond !

                               Si je te fuis,

                               Tu viens à moi .

                               Si je me perds

                               Toi , je te trouve,

                               Ô bien suressentiel !


                                                                        MAITRE ECKHART




               Dans ce chant d'une exceptionnelle beauté, Maitre Eckhart, à

      travers le langage poétique  nous laisse respirer à ce que les mots

      ne peuvent même plus nommer; tout juste suggerer:

                                                         ce qui ne peut pas être dit .



           

    Maitre Eckhart
    Le grain de sénevé
    traduction et commentaires d'Alain de Libera
    Editions Arfuyen